Billet de l'équipe UpTogether

Notre avis sur le livre : Le Codéveloppement professionnel guide du facilitateur

By 10 novembre 2020 novembre 16th, 2020 No Comments

Le Codéveloppement professionnel guide du facilitateur fait pour nous partie du Top 10 des livres sur le codéveloppement. Co-écrit par 4 facilitateurs expérimentés, il vient compléter les ouvrages des pères fondateurs du Codéveloppement, Payette et Champagne. Ce guide très pratico-pratique est spécifiquement dédié aux facilitateurs des groupes de codéveloppement. Voyons ce qu’il faut en retenir.

couverture du livre "Le Codeveloppement professionnel guide du facilitateur"

Le Codéveloppement professionnel guide du facilitateur s’adresse aux animateurs formés et expérimentés

Dans son avant-propos, Fabien Rodhain prend soin de rappeler que l’animation d’un groupe de Codéveloppement professionnel ne s’improvise pas. Si une séance de Codéveloppement semble a priori “simple” avec ses 6 étapes minutées, elle n’est l’est que sur le papier. Le rôle et la posture du facilitateur sont en effet tellement complexes qu’animer un groupe requiert le suivi d’une formation dédiée et beaucoup de pratique. 

Ce guide n’est donc pas conçu pour permettre à des coachs ou formateurs autodidactes d’animer des groupes de Codéveloppement. Il s’adresse avant tout à des facilitateurs de Codéveloppement expérimentés qui cherchent à parfaire leurs pratiques. 

4 facilitateurs ont compilé dans ce livre le fruit de leurs expériences. Ils rappellent la méthodologie à suivre et y détaillent pour chaque étape :

  • Les consignes à donner aux participants ;
  • Les objectifs ;
  • Les apprentissages ;
  • Le rôle du facilitateur ;
  • Les pièges à éviter ;
  • Des exemples d’intervention pour guider le facilitateur dans ses interactions avec les participants.

Les 5 points à retenir du livre Le Codéveloppement professionnel guide du facilitateur

Le livre de Rodhain, Margarita, Denayer et Schacherer met en exergue la place prépondérante de l’animateur dans le processus de Codéveloppement. Il pratique en effet une forme de facilitation à part entière, qui demande formation, expérience, préparation, qualités professionnelles et interpersonnelles. Mais quelles sont les caractéristiques d’un facilitateur de Codéveloppement professionnel ? Passons en revue ce qui le rend si unique.

Le facilitateur n’est pas l’expert dans un groupe de Codéveloppement professionnel, c’est le groupe

Pour animer une séance de codéveloppement professionnel, il faut pouvoir se libérer de sa posture de “sachant”. Le facilitateur n’est pas l’expert dans ce contexte. C’est le groupe qui est la méthode et la ressource pédagogique.

Le groupe n’est pas autogéré pour autant (contrairement aux groupes de paroles). Le rôle du facilitateur est même crucial puisqu’il doit savoir créer les conditions qui  favorisent l’émergence de l’intelligence collective :

  • Créer un cadre relationnel sécurisant, 
  • Engager les participants,
  • Créer l’alliance autour du client,
  • Veiller au partage de la parole,
  • Assurer la compréhension commune,

Le facilitateur doit d’un côté faire oublier sa présence pour laisser le groupe fonctionner seul. Mais aussi veiller à ne pas s’effacer complètement pour orienter le groupe et s’assurer que les participants travaillent bien dans le même sens. Ses interventions doivent donc être mesurées et parcimonieuses.

Il est le garant de la méthode et du temps

Le livre rappelle la méthode à suivre par l’animateur. Elle est composée d’une suite d’étapes, dont chacune possède une temporalité spécifique :

  • Étape 0 : choix du couple client/situation (15 à 20 min)
  • Étape 1 : présentation du sujet par le client (5 à 7 min),
  • Étape 2 : le questionnement de clarification (30 à 45 min),
  • Étape 3 : la contractualisation sur la demande (5 à 20 minutes)
  • Étape 4 : la consultation (30 à 45 minutes)
  • Étape 5 : synthèse du client (15 minutes)
  • Étape 6 : intégration des apprentissages et débriefing (15 à 30 min).

Le facilitateur est le garant de cette méthode, du fonctionnement du groupe et de la session de travail. Il commence ainsi chaque séance par poser le cadre : il rappelle les consignes, les rôles de chacun, les étapes de la séance, les durées. 

Il donne ensuite, et ce tout au long de la séance, des repères. Il gère le temps. Il veille à la circulation de la parole. Il stimule les participants. Il recadre au besoin. Le tout de manière positive.

Le facilitateur doit être particulièrement attentif aux réactions du client

La personne la plus importante dans une séance de Codéveloppement (mais aussi la plus exposée), c’est le client. Il est en effet l’élément central de la dynamique du groupe, le meilleur expert de la situation.

Le facilitateur doit ainsi veiller à ce qu’il puisse s’exprimer librement et à ce que les consultants répondent bien à ses attentes pour qu’il puisse repartir “de son marché avec un panier bien rempli” de pistes d’actions et de réflexions. 

L’animateur doit toutefois être particulièrement attentif aux réactions du client pour que les apports des consultants contribuent bien à son cheminement de pensée sur du court, moyen, long terme et qu’il puisse faire ses propres choix. 

Il ne doit surtout pas chercher la convergence des idées

Dans un groupe de Codéveloppement, il n’y aucune pression du résultat. L’objectif des séances est que chaque client reparte avec un maximum de pistes différentes pour avancer dans sa situation. 

Le livre insiste sur le fait de veiller à s’éloigner le plus possible des consensus et inviter les participants à être en désaccord. Quitte, pour un même participant, à ne pas être en accord avec soi-même et à formuler des opinions diamétralement opposées !

L’animateur doit rechercher la diversité des propositions. Et pour ce faire, son rôle est de challenger les consultants, que cela soit sur la forme (la manière de présenter une idée) comme sur le fond (la production des retours). 

L’animateur doit veiller au progrès du groupe, séance après séance

Au fur et à mesure, les participants apprennent à travailler ensemble et progressent dans leur pratique du Codéveloppement. Le facilitateur favorise les apprentissages directs et indirects, séance après séance, dont :

  • L’écoute bienveillante
  • L’expression synthétique, des besoins et ressentis, 
  • Le questionnement ouvert, 
  • Le respect des autres,
  • La capacité à prendre du recul, 

Il les fait progressivement évoluer dans l’art du questionnement, de la formulation. Il œuvre ainsi pour que les séances soient motivantes, que la formation reste dynamique et personnalisée pour que chacun y consacre du temps et de l’attention.

Notre avis sur le guide du facilitateur

Le Codéveloppement professionnel guide du facilitateur est une ressource précieuse pour faire évoluer ses méthodes d’animation. Il ne peut toutefois se substituer aux formations dédiées à la facilitation de groupes de Codéveloppement. 
Cet ouvrage est très utile pour mieux appréhender son rôle et sa posture en tant que facilitateur et donne des conseils concrets aisément applicables dans différents contextes. Pour aller plus loin, nous vous recommandons également de lire Le codéveloppement : Former et apprendre en misant sur l’intelligence collective afin de constituer votre boîte à outils de facilitateur.

Qu'avez-vous pensé de ce contenu ?

cliquez sur les étoiles pour donner votre avis

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Laissez un commentaire, qu’il soit négatif ou positif il sera précieux !